Un entrepreneur motivé

Pour ceux qui me connaissent, j’ai commencé au bas de l’échelle avant de devenir un multi-entrepreneur. Mes origines familiales sont composées que de très peu de gens d’affaires à succès.

Mes parents ont été éduqués à la campagne et ont plusieurs frères et sœurs. Mon père est le sixième de onze enfants et ma mère première de dix-sept. Tous deux ont travaillé dans le textile sans jamais avoir leur propre entreprise. Ils m’ont transmis le goût du travail et le respect des engagements pris.

Mon parrain, le premier frère de mon père, a la flamme des affaires. À un autre niveau, plusieurs de mes oncles et tantes ont aussi cette flamme. Ils sont mécaniciens, agriculteurs, acériculteurs, inventeurs et patenteux ; de la vraie graine de débrouillard et d’inventeur. Chacun est plus ou moins, à ses heures, travailleur autonome et chef de micro entreprise.

54.6 % des entreprises sont dans la catégorie des un à quatre employés. Soit 621 968 entreprises sur 1 138 761. Ce n’est pas rien de dire que 98 % des entreprises au Canada ont moins de 100 employés.

Qu’est-ce qui m’a motivé à démarrer mon entreprise ?

Je me considère comme un créatif motivé par les projets. La routine du quotidien, quoi que sécurisante, m’ennuie au plus haut point. Je suis donc à la recherche d’un renouvellement sans fin. Dès que je deviens confortable, je cherche la sortie.

Être en affaires apporte son lot de difficultés. 72 % des entreprises passent le cap du trois ans. Ce qui est mieux que le 60 % des mariages qui survivent au divorce durant la même période.

Alors qu’est-ce qui me motive à continuer ?

Il est vrai que la paie du jeudi n’est pas la principale motivation, ni les rapports gouvernementaux qui nous occupent, ni les règlementations qui nous limitent, ni la concurrence innombrable d’ici et d’ailleurs. Ma principale motivation est la liberté de choix. Ce que je fais de mes journées est le fruit de mes décisions et surtout de mes rêves. Personne ne m’impose la direction ou la vitesse.

Qu’est-ce qui me motive ?

Le désir de faire plus que ce que l’on me demandait en travaillant pour un autre. Le goût de créer selon ma vision de l’avenir. Particulièrement la certitude de pouvoir donner tellement plus à la société en étant ce que je suis profondément… UN ENTREPRENEUR.

Par Jean Boilard

Les commentaires sont fermés.